VOUS AVEZ OUBLIE VOS INFOS ?

Ces Alsaciens qui ont choisi Israël

par / samedi, 04 mars 2017 / Publié dans Non classé

Depuis les années 60, des Alsaciens – à l’instar d’autres Français – se sont installés en Israël. Plus récemment, de nouvelles générations ont choisi de faire leur alya, leur « montée » en Terre sainte. Il y a aussi les retraités qui vivent entre les deux pays. Rencontres à Jérusalem et à Tel-Aviv.

 

Pourquoi des Alsaciens quittent-ils la région où ils sont nés pour s’installer en Israël ? « Faire son alya est une décision personnelle » , rappellent les spécialistes. Selon la loi du retour, chaque juif peut s’installer en «Terre promise» et obtenir la nationalité israélienne. Pour l’immigration la plus récente, les attentats ont servi de facteur déclencheur. Autant ceux de Charlie et du Bataclan, que les assassinats commis par Mohamed Merah en 2012, dont nos interlocuteurs parlent tous (lire ci-dessous).

« Leur liberté, ma liberté »

« Mon pays, dans lequel j’ai grandi et j’ai travaillé, n’a pas levé le petit doigt après l’assassinat de soldats et d’enfants. Le gouvernement a mis du temps pour reconnaître que ce n’était pas l’attentat d’un dingue isolé » , dénonce Françoise (*), une Strasbourgeoise d’une cinquantaine d’années qui a émigré seule en Israël il y a un an. Un silence, puis elle avoue : « Ce qui a achevé de me convaincre, c’était la manifestation à Strasbourg, il y a quatre ans. Il y a eu des cris “Morts aux juifs”, et après, “Mort à Israël”. C’était leur liberté d’expression, les ont excusés certains. Ma liberté est de vivre ailleurs… Même si j’avais été élevée à la laïque. » Un retraité qui partage son temps, avec son épouse, entre Tel-Aviv et Colmar, parce qu’ils ont des enfants dans chaque pays, souligne que « l’État français est irréprochable ». « On peut vivre son judaïsme en France » , selon lui. En même temps, il déplore que « la République ne protège plus les juifs ». « Avec une petite kippa, on peut devenir une victime » , déplore-t-il, lui qui n’en porte pas. Sa femme n’a pas digéré le commentaire d’un restaurateur qui la renvoyait sans raison à sa judaïcité… L’un de leurs fils s’est installé à Tel-Aviv, « moins par religiosité que par sionisme ». Médecin, il s’est adapté facilement à la capitale culturelle.

« Cela fait longtemps que je voulais vivre en Israël » , assure Anna, 43 ans, qui a fait son alya avec sa….

Source : http://www.lalsace.fr/actualite/2017/02/17/ces-alsaciens-qui-ont-choisi-israel

Laisser un commentaire

HAUT